Fils d'Ariane


TEMOIGNAGE N°30 : Janine Forest Quelques souvenirs de Madame Souchon Guillaumin

                                            

 

 TEMOIGNAGE N°30

 

 

Quelques souvenirs de Madame Souchon

Par Janine Forest.

 

Janine-Forest 

 

« Un matin de 1942, le 10 août, jour la Saint Laurent (je n’ai jamais connu de Laurent mais ce fait reste dans ma mémoire).

 

Dix-huit ans, tout juste sortie de l’ « Ecole » ! Premier jour de travail et entrée dans la vie…

 

Reçue par une femme que j’avais vue quelques semaines auparavant, présenté par mon père ; eh  oui à l’époque on était encore présenté par ses parents pour être embauché. Mais cette fois ce 10 août, j’arrivais seule, timide et certainement assez stressée, un terme moins courant qu’aujourd’hui.

 

Nous étions cependant deux ou trois à entrer le même jour dans cet immeuble de style 1930, situé au 13 rue  Bertin à Moulins. Je me souviens de l’accueil par une femme assez jeune pour la fonction (mais je ne m’en rendais pas compte à ce moment), Madame Souchon directrice de la Caisse départementale des Assurances sociales. Elle avait en main ma demande d’emploi, « vous écrivez bien » me dit-elle (personne n’a du me le dire depuis) « et bien vous allez, pour commencer, recopier les procès verbaux du conseil d’administration sur le registre ».J’avais échappé au service comptabilité ! Une autre y avait été affectée.

 

Quelques jours après, j’arrivais au service des prestations qui comptait sept à huit ‘dames’ au  premier étage, loin du bureau directorial. Mais tous les matins notre directrice passait dans tous les bureaux, serrait la main de tous, ou plutôt de toutes car il y avait peu d’hommes ; elle donnait des instructions notamment à celles qui faisaient fonction de chef de service.

Et puis n’oublions pas : nous étions sous l’Occupation allemande, Moulins sur la ligne de démarcation était abondamment occupée. Je n’oublierai pas le jour où notre directrice dut négocier avec les miliciens en déroute pour qu’ils n’emmènent pas une employée qui avait, à leur passage fait une réflexion d’une fenêtre du premier étage.

C’était en 1944, et ce fut la Libération le 6 septembre puis la Victoire le 8 mai 1945.

 

Ce jour là  Madame Souchon était avec nous dans la rue pour aller participer à la liesse qui régnait dans la ville.

 

 

Janine-Forest2

Le personnel de la caisse, rue Paul Bert, partant au défilé de la victoire avec de droite à gauche :

  Au premier rang : madame Souchon (3ième) avec collier et sac à main et Janine Forest   (7ième).

 

 

D’autres faits plus anecdotiques me reviennent en mémoire mais un peu en désordre:

 

Les jours de rentrée du bois pour la chaudière, nous faisions la chaîne du porche au fond de la cour comme des maçons se passent les briques.

Madame Souchon nous encourageait à la pratique  d’activités sportives, elle aimait les randonnées en montagne. Ainsi  avec d’autres collègues de mon âge  je faisais de la gymnastique et du basket.

 

 

Janine-Forest3

L’équipe de basket de la Caisse départementale en juin 1943.Janine Forest est debout première à gauche. Collection particulière.

 

 

1968, la grande grève où notre directrice était plutôt ennuyée que quelques uns s’obstinent à vouloir braver les piquets de grève pour venir travailler, elle craignait bien sûr des incidents.

 

Nous étions aussi quelque peu associés à la vie familiale de Madame Souchon : le décès de son père Emile Guillaumin, l’écrivain-paysan, le décès de sa mère, les obsèques à Ygrande le village natal. Je me rappelle aussi les visites de son frère, alors étudiant timide qu’elle ‘secouait’ parfois. Atteinte gravement par la poliomyélite elle réussit cependant à remarcher avec des cannes grâce à son courage et l’aide de son mari puis à reprendre son travail.

 

J’ai eu l’occasion d’aller deux à trois fois chez elle rue de Beauregard à Yzeure où elle résidait avec son mari Philibert Souchon et là en ‘privé’ on sentait qu’elle nous considérait un peu comme des amis.

 

Voilà donc quelques souvenirs épars de madame Souchon, une femme de volonté, dynamique, humaine qui sut surmonter ses nombreuses épreuves.

 

Elle savait donner sa confiance et même certainement son amitié.

 

Elle était respectée.

 

C’était une personnalité. »

                       

 

Janine Forest mai 2011

 

                                                                                                                         

Janine Forest est née le 12 mai 1924 à Moulins  elle a terminé sa carrière le 1 mai 1984 comme chef de service du contentieux-documentation à la CPAM de Moulins. Elle  a apporté son témoignage sur les débuts des Assurances Sociales dans le numéro 5 de notre bulletin. Tous nos remerciements pour l’intérêt qu’elle porte à notre association depuis sa création en 1994 et à l’histoire de la Sécurité Sociale.

 

 

 

 

 

Pierre Bordes