Fils d'Ariane


TEMOIGNAGE N°31 : Marie-Thérèse LABEUF Un aperçu de la CAF en Haute Loire

 

 

Marie Thérèse LABEUF

Un aperçu de la CAF de la Haute Loire

(1949 à 1964)

 

MME-lABEUF

 

Marie Thérèse LABEUF

est une ancienne employée de la Caisse d’Allocations Familiales

de Haute Loire (CAF).

Aujourd’hui à la retraite,

elle a bien voulu nous faire part de ses souvenirs professionnels

au début de sa carrière dans cet Organisme et

plus particulièrement au cours des années 1949 à 1964.

 

 Témoignage

 

Le 15 avril 1949, elle est embauchée par la CAF de Haute Loire comme employée de bureau au service « Travailleurs indépendants ». Elle avait à peine 19 ans.

Deux ans plus tard, elle sera affectée au service « prénatal et maternité » ;

L’organisme occupait à cette époque les premier et deuxième étages d’un immeuble situé au 31, Boulevard Saint Louis au PUY en Velay.

 

              CAF43

 

caf432

Photograhie 2011 R Maneval.

 

Les effectifs tournaient autour d’une vingtaine de personnes

Le Président était Monsieur Gabriel Fournery qui sera remplacé ensuite par Monsieur Paul Dombrowski.

 

Le Directeur était Louis PORTE. Il n’y avait pas encore d’Agent Comptable. Par contre, un expert comptable : Monsieur Georges Hilaire qui avait son cabinet au PUY en Velay, venait vérifier les comptes de la CAF. Plus tard, il y eut un Agent Comptable nommé, Monsieur Henri Plonquet qui resta jusqu’au déménagement de la Caf dans un nouvel immeuble situé au 10, Avenue André Soulier en 1960. A cette même adresse se situent encore aujourd’hui la CPAM et L’URSSAF de Haute loire.

 

Les services de l’époque

Un service prestations avec un guichet pour l’accueil, était chargé d’étudier les dossiers des allocataires : droits et paiement. La responsable était Mademoiselle Beaume.

Sur Le Puy et ses environs, le paiement des allocations était effectué par des agents payeurs, agents qui ne faisaient pas partie du personnel titulaire de la Caf. Ils se rendaient directement au domicile des allocataires.

A cette époque il existait deux prestations : les allocations familiales et l’allocation de salaire unique.

En 1952, est créée l’allocation logement.

 

Aujourd’hui il y a plus de 20 prestations !

 

Un service allocations prénatales et maternité était composé d’une seule personne chargée de la gestion et du paiement des prestations maternité.

 

Un service Travailleurs Indépendants, situé au 2ème étage, gérait les dossiers de cette catégorie et assurait le paiement des allocations familiales dues aux travailleurs indépendants. Il était composé de cinq personnes dont Simone Teyssier

Le responsable de ce service était Monsieur Masclaux assisté de Monsieur Emile Soulier.

Pour sa gestion ce service utilisait le « Grand Livre  appelé Kalamazo » sur lequel étaient consignées le montant des prestations versées et la retenue des cotisations « T. I. »

Un service contrôle était composé de deux contrôleurs Messieurs Félix Sabatier et Alexandre Chabanon et d’un secrétaire Monsieur André Rochette. Ce service contrôlait à l’extérieur les travailleurs indépendants.

 

Un service comptabilité, composé de deux employés : Madame Charreyre caissière et Monsieur Trioulière comptable. Le responsable était Monsieur René Willems qui rejoindra la Caisse Primaire d’Assurance Maladie après 1960.

 

Un service du personnel et des services généraux, composé de trois personnes dont Monsieur Henri Souveton responsable.

 

Un service social composé de deux assistantes sociales avec Mademoiselle Sauron comme responsable.

 

Conditions de travail

La durée de travail hebdomadaire était de 40 heures au moins du mardi au samedi.

Les conditions de travail n’avaient pas le confort d’aujourd’hui :

  • chauffage précaire assuré par une cheminée (immeuble ancien)
  • équipement matériel modeste : pas de bureautique ni d’informatique, beaucoup de travail manuel et d’écritures…
  • la paie du personnel était effectuée en espèces.

 

En 1960, La CAF change de locaux et s’installe dans l’immeuble neuf, au numéro 10 de l’avenue André Soulier, dans de bien meilleures conditions matérielles.

 

Les mêmes services sont installés et en parallèle de nouvelles prestations voient le jour.

Les contrôleurs des travailleurs indépendants rejoindront l’Urssaf à la même adresse.

Marie Thérèse LIABEUF sera alors affectée au guichet puis au service comptabilité en 1961. Pour des raisons familiales, elle obtiendra sa mutation à la CAF de Montpellier en septembre 1964.

 

 

Elle sera successivement occupée au guichet puis au service « vérification comptable » comme contrôleur délégataire de l’agent Comptable. Elle rejoindra l’équipe d’encadrement de ce service en 1985.

Elle prendra sa retraite en 1988 et reviendra s’installer en Haute loire.

 

Bilan

Beaucoup de changements sont survenus durant sa carrière :

 

  • reconstruction de l’après guerre, condition matérielles de travail précaires surtout de 1949 à 1960,
  • changement de locaux,
  • évolution de la législation sur la famille: de deux à 20 prestations aujourd’hui avec la complexité juridique qui en découle et les remises à niveau incessantes
  • montée en puissance de l’informatique et de la bureautique nécessitant encore plus de facultés d’adaptation…

 

Bref, elle ne regrette rien et reste fière d’avoir fait son travail consciencieusement.

Par contre, l’avenir de la sécurité sociale l’inquiète, compte tenu des récentes modifications réglementaires.

 

En effet, ces dernières se traduisent par une nouvelle remise en cause des acquis de notre protection sociale : différentes franchises médicales, déremboursement de médicaments, et maintenant la réforme annoncée des retraites qui semble générer beaucoup de mécontentement.

 

 

Témoignage recueilli par Robert Maneval

                          Janvier 2011