Fils d'Ariane


TEMOIGNAGE N°32 : René MONIN Ancien sous directeur à l'action sociale

 

La CAF de l’Allier

Témoignage de René Monnin

Ancien sous directeur de la CAF de Moulins

 

          ReneMonnin             

René Monin sous directeur, à gauche et Robert Pélissier directeur-honoraire.

 

René Monin est né en 1937, embauché en 1954 à l’âge de 17 ans, il a effectué toute sa carrière à la CAF de l’Allier. Titulaire d’un brevet de comptabilité, il a débuté comme employé au service comptable avant de devenir plus tard cadre .Il fut chef de service de l’action sociale de 1966 à 1988.Il occupa ensuite un poste d’agent de direction en qualité de sous directeur. Témoin privilégié de l’évolution de la caisse et du développement de l’action sociale nous le remercions de son amicale collaboration.

 

« La vocation première d’une CAF est de verser aux familles des prestations familiales. Au départ il s’agissait des allocations familiales puis du salaire unique, de l’allocation logement et plus tard de l’allocation aux adultes handicapés l’allocation d’éducation spéciale, l’allocation de parent isolé. »

 

Des agents payeurs au domicile

« Les prestations familiales étaient réglées aux familles par des agents payeurs recrutés parmi des fonctionnaires retraités de la gendarmerie, de la police ou de l’enseignement. Au nombre d’une cinquantaine pour le département, il couvrait le territoire sur les secteurs de Moulins, Montluçon et Vichy ainsi que dans les cantons ruraux. Ils apportaient de l’argent liquide aux familles. C’est un employé de la Caisse qui passait chaque mois à leur domicile avec les fonds, des bordereaux et des reçus. Bien vite le système s’est révélé faisant encourir trop de risques[1] (pertes de fonds, vols),a caisse a exigé que les familles ouvrent un compte bancaire ou postal et fournissent un relevé d’identité(RIB) afin que les prestations leur soient versées. »

 

L’action sociale

« L’action sociale à constitué un autre versant de l’activité des CAF à l’instigation des conseils d’administration. Ce fut notamment le cas à la CAF de l’Allier dans les années 1956-57 alors que la France et même l’Allier connaissaient la crise du logement. La caisse a alors créé les comités paritaires du logement destinés à gérer le bon fonctionnement des bâtiments et maisons individuelles. Ces comités comportaient des représentants des locataires et des administrateurs délégués par le Conseil d’administration.Devant l’importance des besoins la Caf avait en quelque sorte ses propres Hlm.

Sur les trois agglomérations de Moulins, Montluçon et Vichy , ce sont plus de 250 logements qui furent construits y compris dans des communes rurales comme Vallon en Sully, Dompierre sur Besbre, Varennes sur Allier. La Caisse achetait les terrains, faisait réaliser la viabilité et construisait des maisons pour le compte des familles les plus nécessiteuses repérées par les assistantes sociales. Il fallait aussi instruire les demandes de prêts auprès des banques et autres organismes prêteurs. Le logement terminé les clés étaient remises avec l’acte notarié et le plan de financement ainsi que Le montant de l’allocation logement à percevoir.

La CAF fit aussi réaliser un petit immeuble de 40 logements sur le site de Bellecombe à Yzeure. Lors d’une visite non programmée un agent de la caisse eut la surprise de constater la présence de lapins dans une baignoire ; il faut bien comprendre que c’était un grand changement pour les familles vivant dans des logements insalubres ou a la campagne.

Une anecdote : Lors du déménagement en janvier à Bellecombe, il neigeait beaucoup, un homme âgé est arrivé avec une carriole tirée par un âne, nous lui avons suggéré de décaler son emménagement, il nous répondit que chez lui la neige tombait à l’intérieur de sa demeure comme dehors. »

 

Les vacances : un autre volet de l'action sociale

« La CAF acheta un ancien château[2] à Yzeure pour héberger des enfants. Bien vite, il fallut un dépaysement, le site fut revendu à la Ville de Bagnolet. Il fut alors procédé à l’achat de nombreux terrains dans des dunes à Brétignolles sur Mer en Vendée. Plusieurs bâtiments furent édifiés pour pouvoir accueillir pour les mois de juillet et d’août 300 enfants choisis par les assistantes sociale. Ces enfants éprouvaient une immense joie en découvrant la mer toute proche, à 600m du centre.

En 1966 la CAF fit édifier une maison de vacances de 75 chambres pouvant accueillir des familles avec leurs enfants, soit près de 500 personnes. Il fallait recruter du personnel de la commune pour le gardiennage, l’entretien etc… et du personnel spécialisé tel que directeur, économe, infirmière, moniteurs choisi au siège de la Caisse.

Les besoins de séjours à la mer furent satisfaits. Il fut décidé d’ouvrir un centre de vacances en montagne.

Un grand terrain fut acheté à Villard de Lans en Isère et des bâtiments construits pour recevoir 120 enfants en vacances d’ été et plus tard en hiver notamment des classes vertes et des classes de neige.

L’entretien et le fonctionnement de ces centres de vacances coûtait très cher. La CAF à confié la gestion en 1969 à l’Association des pupilles de l’école publique de l’Allier tout en conservant les gros investissements.

Une Anecdote : Un soir un appel du gardien signale que les lumières s’allument tous les soirs à la même heure au centre de vacances à Villard de Lans, après vérification il s’est avéré que le branchement était effectué sur le réseau de la ville ! »

 

Les secours et les prêts

« Suite à la demande des familles et sur un rapport établi par les assistantes sociales du secteur, une commission déléguée par le conseil d’administration réunie une fois par mois décidait de l’octroi de ces aides sous forme de secours ou de prêts. Les administrateurs étaient très impliqués dans cette fonction sociale.  »

 

 

Les centres sociaux

« Ils furent créés à Moulins, Montluçon et Vichy. Ils comportaient des haltes garderies d’enfants et des conseillères en économie sociale et familiale. »

 

 

Les subventions « La Caf a aussi apporté un soutien financier à des associations et organismes œuvrant en faveur de la petite enfance, des vacances et des loisirs pour les jeunes. 

 

En partenariat avec la Caisse Primaire, la CAF apportait aussi un soutien financier aux associations de travailleuses familiales et d’aide aux mères de famille en cas de maladie ou de maternité. 

La CAF agit en partenariat avec les services de l’Etat et du Conseil général pour la création du fonds de solidarité pour le logement, (FSL) ainsi que pour le fonds des impayés d’énergie(FDIE) et également ses représentants participent à la commission de surendettement siégeant à la Banque de France. 

Voilà un résumé de l’activité de la Caisse d’allocations familiales de l’Allier où j’ai passé plus de quarante années».

René Monin Yzeure novembre 2011.



[1] Un agent payeur fut assassiné à Cusset le 2 janvier 1975.Voir article particulier.

[2] Le Château du PARC